BEMING ingénierie

Laboratoires / Recherche

Construction d’un Pôle de Maladies Vectorielles

Maître d’Ouvrage :   Institut Pasteur de Paris

Architecte : Groupe 6 – Agence Goutal

Autres partenaires : Ingerop – Ateliers Adeline Rispal Alternative

SECTEUR
LABORATOIRE – RECHERCHE

CATÉGORIE
NEUF

LIEU
PARIS (75)

Le projet du pôle des maladies vectorielles constitue un véritable centre de recherches d’excellence, porteur du rayonnement de l’Institut Pasteur de Paris à l’échelle nationale et internationale. Attractif et vivant, il favorise une véritable vie de la communauté scientifique autour des maladies vectorielles définies par la transmission d’un microbe (virus, parasite, bactérie) par un vecteur (moustique, mouche tsé-tsé, tique, puce, etc.).

 

Le bâtiment emblématique du pôle de maladies vectorielles offre notamment :

  • Des espaces de laboratoire L1, L2 qui regroupent les Unités de Recherche, les laboratoires d’épidémiologie et des locaux supports ;
  • Des plateformes technologiques de microcopies électroniques de pointe (Titan, Glacios, Aquilos) en confinement de niveau 3 ;
  • Des plateformes d’imagerie en confinement de niveaux 2 et 3 ;
  • Des plateformes d’expérimentation (rongeurs et insectes) A2, I2, A3, L3 avec de la recherche sur des micro-organismes et toxines hautement pathogènes (MOT).

 

Les opérations effectuées dans les laboratoires de type L1 et L2 associent des activités dites propres avec des activités de manipulation d’échantillons pouvant présenter des risques biologiques. Les manipulations réalisées font appel à des réactions chimiques ou manipulations biologiques nécessitant des extractions d’air spécifiques ou un aménagement de protection spécifique contre le risque chimique et/ou biologique. Elles nécessitent l’adduction de fluides particuliers : eau, air comprimé, CO2 mais aussi gaz rares ou d’eau distillée, etc.

 

Les plateformes de microscopie électronique rassemblent des équipements sophistiqués et des technologies de pointe en microscopie avancée avec des approches d’imagerie complémentaires afin de visualiser des échantillons à différentes échelles et en confinement de niveau 3.

 

Des étages techniques entièrement circulables sont dédiés à la distribution des fluides, aux centrales de traitement de l’air spécifiques aux zones concernées, aux locaux techniques des serveurs, des onduleurs ou des locaux de stockage congélateurs.

Un accès réglementé et sécurisé est associé à toutes les zones sensibles. Un secours électrique est prévu pour le maintien des confinements biologiques.

 

Les installations et équipements doivent garantir de hautes performances techniques, en particulier pour le traitement d’air. En effet, un contrôle approprié des niveaux de dépression des laboratoires, de la température, de l’humidité et de l’empoussièrement est important pour le confort du personnel, les niveaux de performance des équipements scientifiques ainsi que la protection des manipulateurs et de l’environnement au regard de la sécurité biologique. Les résultats peuvent également être erronés si les substances à analyser sont contaminées par une contamination aéroportée ou par une contamination croisée provenant d’un autre échantillon ou d’une solution.

Caractéristiques

Dévolution : Concours restreint MOP

Avancement : Concours

Budget : 45 M €

Surface : 10 500 m² SU

EXPERTISES

MOE Lots techniques

Partager